« Zoom ce mois-ci sur un personnage incontournable de Tit’Albert Dan Vilaz : l’Agwa. Qui est cette femme ? Quel est son rôle dans la culture mauricienne ? Préparez les mouchoirs et place à l’amour version Loup-Garou ! »

À Maurice, tous Agwa !

Si internet et la modernité ont changé les habitudes en matière de rencontres et de mariage, à Maurice, certaines traditions font encore un peu de résistance. Parmi les personnages qui continuent à œuvrer de temps à autre, citons l’Agwa. Il peut s’agir d’un homme ou une femme, d’un membre de la famille, d’un ou d’une amie, d’un agwa professionnel, dont le rôle est de présenter deux personnes potentiellement compatibles pour un mariage. Oui, on parle bien de mariage arrangé, même si avec le temps, de moins en moins de familles passent par ce biais.

La marieuse, présente dans de nombreuses cultures

Asie, Maghreb, Afrique, la marieuse tient un rôle central dans bien des cultures à travers le monde. Fonctionnant par le bouche-à-oreille, elle est payée pour présenter des « candidats » potentiels aux familles désireuses de trouver l’âme sœur parfaite pour leur fils ou leur fille.

Pourquoi passer par un Agwa ?

La tradition veut que l’Agwa soit « la » personne à qui s’adresser pour créer le couple parfait :

  • Elle est digne de confiance,
  • Elle possède un réseau social étendu,
  • Elle connaît les bons partis,
  • Elle respecte les différentes cultures et coutumes

Le rôle de l’Agwa dans Tit’Albert Dan Vilaz

En résumé, la première nuit, l’Agwa désigne 2 joueurs qui seront follement amoureux l’un de l’autre. Si l’un meurt, l’autre meurt immédiatement de chagrin. Un Loup-Garou et un Vilazwa peuvent être amoureux l’un de l’autre. Ils jouent alors contre tous les autres, Loups-Garous et Vilazwas. Si les amoureux survivent, ils gagnent. L’Agwa peut se désigner elle-même comme étant l’un des 2 amoureux.

Effectivement, l’Agwa a le pouvoir de rendre 2 personnes amoureuses. La première nuit (tour préliminaire), l’Agwa désigne les 2 joueurs (ou joueuses ou 1 joueur et 1 joueuse) comme étant les deux Amoureux de la partie. D’ailleurs, elle peut également se désigner comme l’un des Amoureux.

Durant la partie, l’un des Amoureux est éliminé, l’autre meurt de chagrin en même temps. Un Amoureux ne doit jamais voter contre son aimé (même pour bluffer !). De plus, si l’un des deux Amoureux est un Tit Albert et l’autre un Vilazwa, le but de la partie est différent pour eux : pour vivre longuement leur amour et gagner la partie, ils doivent éliminer tous les autres joueurs : Tit Albert et Vilazwas confondu, tout en respectant les règles du jeu.

En conclusion…

Équivalent de Cupidon dans la version française du jeu du Loup-Garou, l’Agwa est un personnage folklorique qui fait partie des traditions mauriciennes, donc naturellement présent dans Tit’Albert Dan Vilaz. Vous l’aurez compris, dans l’île, le mariage est une affaire sérieuse, chanté par de nombreux artistes comme en témoigne ce séga typique intitulé « Madame Euzene » de Serge Lebrasse. Cliquez ici pour les paroles en kréol !

La newsletter

No worries we hate spam

© Copyright - Atomic Games™